Actions en périnatalité

 

La collaboration instaurée dès 1978 au CHU de Montpellier entre les pédopsychiatres, le service de pédiatrie néonatale, puis le service de gynécologie-obstétrique, a permis de lancer des études cliniques sur les situations de vulnérabilité (deuil périnatal, annonce d’une anomalie en post-natal ou durant la grossesse, psychopathologie maternelle). Une première formation réunissant tous les acteurs de la grossesse, naissance, petite enfance dans les années 86-88 a été le creuset d’une approche coordonnée à toutes les étapes de venue au monde d’un enfant. Les témoignages vidéoscopés de parents, mais aussi de professionnels, ont activé la réflexion et accéléré l’évolution de pratiques intégrées.

A la même époque, le Ministère de la Santé s’est intéressé à ce travail qui voulait améliorer l’accueil en maternité et la cohérence des soins périnataux. Nous avons été sollicités pour réaliser des outils pédagogiques, et monter des formations nationales de formateurs afin de diffuser l’expérience acquise. De nombreux films ont été réalisés et diffusés. La participation de psychologues ou psychiatres venant de différents pays (Canada, Espagne, Grèce, Belgique, Suisse…) a permis de développer des programmes de collaboration européens et des échanges franco-québécois. Les travaux des formations, ciblées sur la recherche de concepts transdisciplinaires, afin de favoriser le croisement des disciplines concernées, nous ont amenés à publier dès 1991 les Cahiers de l’Afrée, qui ont jalonné la réflexion, et diffusé un nouveau mode d’approche, lequel ne s’oppose à aucun courant de pensée mais vise au contraire à en dégager les articulations utiles. Plusieurs ouvrages (1992, 2000, 2001, 2009) ont ponctué l’évolution clinique et la réflexion pédagogique. La collection « Prévention en maternité » aux éditions Erès, coordonnée par F. Molénat, expose les avancées interdisciplinaires. Les Journées « Naissance et Avenir », de 1989 à 2002, publiées dans les Cahiers de l’Afrée, ont permis de toucher un large public et d’élargir la réflexion.

Une méthode pédagogique originale s’est dégagée d’une étude prospective réalisée entre 1994-96 avec l’aide du Réseau National de Santé Publique et constitue l’ossature des formations dites « en réseau ». L’intérêt s’est élargi aux multiples situations de vulnérabilité familiale, l’objectif étant de dégager des outils conceptuels et des modalités d’intervention coordonnée autour de ces familles.

Le Plan Périnatalité 2005-07 a repris l’essentiel de l’expérience acquise afin de promouvoir par la circulaire DHOS de juillet 2005 les axes essentiels à l’évolution des pratiques, la sécurité émotionnelle des femmes enceintes s’intégrant à la sécurité médicale. L’Afrée s’est engagée fortement dans la Société Francophone de Psychologie Périnatale, en lien étroit avec la Société Française de Médecine Périnatale, et a proposé son aide technique pour la réalisation de référentiels de formation et d’études cliniques visant à des recommandations de bonnes pratiques, sans restreindre la riche diversité des pratiques psychologiques et interdisciplinaires. Actuellement se poursuivent les formations de formateurs en périnatalité, regroupées à Montpellier en collaboration étroite avec le CHU et le secteur libéral, et les formations dites « en réseau » sur divers terrains, à la demande de professionnels sensibilisés. La reprise de dossiers complexes en interdisciplinarité reste le creuset de la recherche pédagogique. L’Afrée a participé au montage, avec des collègues étrangers, de « formations de formateurs » ou « cycles de formations en réseau » dans différents pays (Suisse, Belgique, Chili…), et dans les DOM-TOM. A l’Ile de la Réunion s’est constituée une association « Afrée-Réunion » sur des objectifs analogues.

Une formation sur « La place des soignants face au deuil périnatal » se renouvelle chaque année à Montpellier, nourrie par les nouvelles demandes des parents concernant la perte d’un enfant et par les progrès considérables des équipes soignantes. De même, un séminaire annuel rassemble psychiatres et psychologues engagés en clinique périnatale, afin de confronter les différentes approches et d’offrir une meilleure lisibilité de l’intervention psychologique en périnatalité.

Un dispositif original de collaboration avec les maternités privées à Montpellier, incluant formation et coordination (Pôle périnatal de prévention en santé mentale), relié à l’équipe hospitalière, permet d’affiner des « outils de travail » et d’amorcer une évaluation clinique des moyens offerts à l’occasion du dernier Plan périnatalité.

L’équipe pédagogique « Périnatalité » est constituée des pédopsychiatres, psychologues, et désormais sages-femmes, puéricultrices et médecins expérimentés dans la pratique interdisciplinaire. Les présentations cliniques à plusieurs voix bénéficient de la participation de multiples équipes intéressées à s’engager dans un mode de travail qui potentialise leurs ressources personnelles, l’objectif commun étant de ne pas entraver, et de soutenir celles des parents puis de l’enfant.

L’organisation d’un Diplôme Inter Universitaire (DIU) de « psychopérinatalité » (Lyon, Montpellier, Paris) s’est appuyée sur cette clinique coordonnée autour de la naissance.